Le troisième pilier ne cesse d’impacter les salariés ou les fonctionnaires. Cet impact est dû à sa capacité de compléter les 1er et 2ème piliers. Alors, souhaitez-vous investir dans celui-ci ? Si c’est le cas, retrouvez dans cet article quelques conseils pour y arriver.

Choisir à l’avance un établissement

Choisir à l’avance un établissement

Pour investir dans ce système de prévoyance retraite, vous devez avant toute chose choisir un établissement. En effet, il faudra un établissement dans lequel investir dans le 3ème pilier. Pour cela, deux structures sont compétentes en la matière. Visitez le3emepilier.ch pour plus d’informations sur le sujet. Il s’agit des établissements bancaires et d’assurance. Chacune de ces structures dispose des avantages particuliers.

Investir dans le 3ème pilier par une banque vous permet de choisir votre montant de cotisation bien que celui-ci soit limité. Avec ce dernier, vous pouvez stopper votre épargne en cas de baisse de revenus ou de chômage. Quant à la seconde structure, elle présente plus d’avantages sécuritaires à propos du capital que vous constituerez. En fait, vous n’aurez uniquement pas à prévoir votre retraite avec une compagnie d’assurance. Avec celle-ci, vous avez la possibilité de prévoir celui qui bénéficiera du capital constitué en cas de décès. Ainsi, vous bénéficierez de nombreuses prestations d’assurance-vie qui garantit une restitution de vos fonds à vos héritiers désignés.

Opter pour un contrat bénéfique à votre situation

Opter pour un contrat bénéfique à votre situation

Le 3ème pilier regroupe le pilier 3A et le pilier 3B. Toutefois, pour investir dans cette méthode d’épargne, vous devez choisir le contrat approprié à vos besoins. En premier lieu, il est important que vous compreniez que les avantages que peut vous procurer chaque type de 3ème pilier.

Par exemple, le pilier 3A présente plus d’avantages économiques en matière fiscale contrairement au 3B. En effet, ces avantages consistent en une déduction fiscale qui est régie par les lois fédérales. Mais, avec le pilier B, cette déduction fiscale est faite compte tenu du canton dans lequel vous habitez. De plus, ce dernier est adaptable à votre situation de vie.

Ainsi, vous devez, pour choisir un 3ème pilier, tenir compte de votre situation matrimoniale et professionnelle. Tenez compte aussi de vos revenus mensuels, vos besoins en matière de prestation et vos priorités.

Comparer les propositions

Avant d’investir dans le système de prévoyance, vous devez comparer vos offres. En fait, cette comparaison vous permettra de dénicher celle qui vous sera plus avantageuse. Pour procéder à cette comparaison, veillez d’abord sur la durée du contrat de celles-ci pour un choix parfait.

Ensuite, veillez également sur le rythme des versements et le plafond des cotisations. Le pourcentage de rémunération des épargnes, les conditions du retrait anticipé et de la déduction fiscale. Par ailleurs, veillez sur les conditions qui s’offrent à vous dans des conditions d’invalidité. C’est pareil en cas de décès ou en cas d’incapacité de versement.

Estimer les rendements

Estimer les rendements

Pour investir dans le 3ème pilier, vous devez aussi estimer le rendement de celui-ci. Pour effectuer cette estimation, deux possibilités s’offrent à vous. En effet, soit vous optez pour un 3ème pilier en forme de compte épargne, soit en forme de fonds de placement.

En fait, la première possibilité est classique et garantit la sécurité de vos épargnes. Toutefois, son rendement ne cesse de décroître en fonction des années. Quant à la deuxième possibilité, elle dispose d’un rendement élevé avec un risque élevé.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.